ASSOCIER LETTRES ET NOMBRES

Nouilles alphabet 

Parallèlement aux neuf premiers nombres, notre alphabet comporte vingt-six lettres. Chacune d'entre elles est en définitive rattachée à un nombre premier par le principe de l‘addition THÉOSOPHIQUE, et ainsi la simplicité de la méthode pythagoricienne apparaît.


Tout nombre, quel qu'il soit, se réduit, par ce principe de l'addition théosophique, à un nombre premier compris entre 1 et 9.

Par exemple :

10 fait 1 + 0 = 1
16 fait 1 + 6 = 7
29 fait 2 + 9 = 11 qui fait 1 + 1 = 2
93 fait 9 + 3 = 12 qui fait 1 + 2 = 3
1990 fait 1 + 9 + 9 + 0 = 19      qui fait 1 + 9 = 10      et 10 = 1 + 0 = 1

Ainsi :

A B C D E F G H I J K L M N O P K R S T U V W X Y Z
1 2 3 4 5 6 7 8 9 1 2 3 4 5 6 7 8 9 1 2 3 4 5 6 7 8


A, première lettre de l'alphabet, a une valeur de pur 1

B, deuxième lettre de l'alphabet, a une valeur de pur 2

etc.

J, dixième lettre de l'alphabet, commence déjà la deuxième octave des nombres et possède les valeurs du 1 pur (car 10 fait 1+0=1), mais amplifiées, avec une vibration supérieure

K, onzième lettre de l'alphabet, poursuit cette deuxième octave, comporte les significations du nombre 2 (car 11 fait 1 + 1=2), mais particulièrement teintées de la symbolique du nombre 1, puisque répété deux fois. Par ailleurs, le 11 est, en numérologie, un maître nombre qui possède des vibrations élevées, qui seront attachées à la signification de la lettre K

etc.

S, dix-neuvième lettre, comporte les significations du nombre 1 (car 19 fait 1 + 9 = 10 = 1), teintées des nombres 1 et 9, et termine cette deuxième octave

T, vingtième lettre, comporte les significations du nombre 2 (car 20 fait 2 + 0 = 2), mais amplifiées, une octave au-dessus

etc.

C'est la base de la méthode pythagoricienne ainsi que le principe de l'addition théosophique qui nous ont permis de réduire tout nombre à l'un des neuf nombres premiers en additionnant les nombres entre eux.

×